Vous êtes perdu sur ANTS ?!

moi aussi… :/

j’ai dernièrement eu la chance de pouvoir utiliser les services dématérialisés (c’est beau le progrès…) de l’Etat (c’est plus fort que Toi) en matière de procédures administratives suite à la vente de mon véhicule !

Bonne résolution de ce début d’année, allez on vend la Twingo qui reste garée dans la rue et que nous n’utilisons pas assez… Donc petite annonce sur le bon coin, et au bout de 3 minutes, j’avais déjà 5 messages… ça a été très vite pour trouver quelqu’un.

De là a commencé le marathon pour « faire les papiers »

J’avais commencer à regarder un peu et j’étais tombé sur cette page : « Vendre ou donner son véhicule« , ça semblait facile…

Du coup je commence la procédure, et renseigne le premier niveau, je saisie l’immatriculation de la voiture, je valide, indique mes coordonnées, revalide, et là, le site m’affiche une page m’indiquant que la carte grise n’est pas à mon nom (celui de mon épouse) et qu’il faut que je justifie l’identité de la personne mentionnée la carte grise. Okay…. No problémo, je déconnecte et je me dit que je vais recommencer la procédure directement sous son nom ! #futénon?

Je me déconnecte, lui créé un compte (je m’étais connecté précédemment avec mes identifiants France Connect – identifiant des impôts nous servant à payer les impots d’ailleurs… ici ça ne pose pas de problème que Mme ou M. soit bien identifiés…).

J’arrive sur la page pour commencer la procédure, je saisie l’immatriculation, la page me demande également le code qui figure sur le courrier émis au même moment que la carte grise… le truc que je ne sais pas où il est (rangé / perdu / brulé / égaré / envolé – rayez la mention inutile)… mais ils ont tout prévu sur leur site, il y a un bouton grâce auquel tu peux redemander un code ! Je me dit cool, je commence à renseigner les infos demandé et après avoir appuyé sur le bouton, une page s’affiche et m’indique :

« Impossible d’aller plus loin, un dossier est déjà en cours pour cette immatriculation »

Ah ?!

Peut être avec ma première démarche… donc ok, je dois retourner sur mon compte et continuer… pas de soucis…

Je me reconnecte, je vais sur l’écran des procédures en cours, rien n’apparait, je clique sur le bouton « Afficher mes démarches en cours », mais rien, nada, quetchi, nothing, 没什么 (en chinois)

Je déco / reco, refait la même, rien…

Je dors, je me reconnecte… Rien…

Je me reco avec le compte de mon épouse, je retente, Rien…

Ok, je vais les appeler… il est ou le numéro de téléphone ?! mais merde il est ou ?! a un formulaire… ok, je vais passer par la, je renseigne les champs, met un beau texte de blabla d’explication de la situation « Elle est où ma démarche que le site il me dit qu’elle est en cours mais que je ne vois pas sur votre site de m***** », je valide… le truc me dit « Merci de préciser la raison de votre message »… je choisi…. le champs contenant mon message empli de diplomatie vient de disparaître sous mes yeux #vdm

Résigné j’envoie le mail.

Et j’attends…

2 jours plus tard, je reçois un mail de l’ANT, vous pouvez reprendre votre procédure… #cool

Je me connecte, j’arrive sur la liste des démarches… toujours rien, je clique sur le bouton « Mes démarches en cours »… et là elle apparaît #champagne

Je choisi « Reprise » dans le formulaire, ouvre le lien, l’outil me demande de valider l’identité, j’upload la CNI de mon épouse et valide… et là ça me dit « Nous allons procéder à la vérification » et ça revient sur la page « Mes démarches en cours » mais à nouveau ma référence de dossier a disparue…

(je vois que les mecs qui ont pondu le portail n’ont jamais fait de démarches en ligne de leur vie et ont le même niveau d’expérience utilisateur que ma grand mère de 88 ans qui surf sur le net #mamiejetaime)

2 jours après, je reçois le mail « votre procédure est toujours en cours et vous devez continuer, merci de vous connecter ». Je retourne sur le portail, dans mes procédures en cours, mais rien  dans la liste, ni en rafraichissant plusieurs fois la touche F5… résigné, je prépare les papiers, et le lendemain mission sous-préfécture… on va essayer de tirer ça au clair.

Je campe l’entrée à 8h45, ça ouvre à 9h, j’ai un mauvais souvenir des longues files d’attente en 2004 lorsque j’ai immatriculé mon premier véhicule :)

J’explique à la jeune préposée de l’accueil mon problème, elle m’invite à me connecter à une borne publique. Ok on se connecte, je lui montre le portail, ma page des procédures encours complètement vide… alors que le mail reçu la veille me dit que je dois continuer la procédure… qu’il faut faire… #lostintranslation

« Parfois il faut rafraîchir une dizaine de fois pour que ça s’affiche ! » me dit-elle, rassurant pense-je à ce moment là…

Elle décide quand même d’appeler le support (ils sont les seuls à avoir le numéro) et explique mon problème. Après 5 minutes au tél, elle revient et me dit que c’est normal, la procédure est en cours, et que le dossier va être analyser et que je vais recevoir un email pour me prévenir quand reprendre.

Ah ok, et le mail ?! surement un bug ?! ah d’accord… c’est rassurant… vraiment une Team de champions à l’origine de ce portail (suis curieux de connaitre son coût d’acquisition, de fonctionnement et de maintenance / support…)

Bref, je repart bredouille mais confiant..

Le lendemain, j’ai enfin THE email, je me connecte, ma démarche apparaît, et je peux enfin finaliser le dossier, imprime le document de cession et obtient enfin le code à transmettre au nouveau propriétaire pour qu’il puisse faire les papiers de son côté… Yeah #champomy

Nous avons vendu la voiture le 04/01/2018, j’ai eu le code de cession le 12/01/2018, ça va… 8 jours pour une simple démarche en ligne… #lEtatcestplusfortquetoi

Et hier, le 24/01, je reçois un email de l’ANT me disant :

Votre déclaration de cession n°XXXXXXX nécessite une action de votre part.
Vous devez vous rendre sur votre espace personnel accessible en cliquant sur le lien suivant https://ants.gouv.fr/monespace/s-inscrire afin de compléter votre déclaration de cession n°XXXXXXX.

Étapes pour compléter votre demande :

  • > Cliquer sur « Mon espace véhicule »
  • > Dans le tableau « Mes demandes en cours », sélectionner « Reprise » au niveau de la demande n°XXXXXXX afin de la compléter».

Note du service instructeur
12/01/2018 10:20 AUTR
Autre motif – champ libre : Bonjour, vous n êtes pas le titulaire du certificat d immatriculation (compte télédéclarant), merci d abandonner cette téléprocédure (pour éviter d être bloqué avec le message « une opération est en cours ») et la recommencer en cliquant sur le bouton « pour quelqu un d autre » . titulaire du certificat d’immatriculation : Mon Epouse Cordialement.

Hein ?! Quoi ?! mais qu’est ce qu’il se passe !? #çarecommence

Je me connecte par sécurité sur le site, aucune démarche… et depuis hier, deux nouveaux mails, dont un tout à l’heure m’indiquant que la démarche était terminée…

Mais LOL…

Bref, si vous aussi ça vous arrive, rassurez vous c’est normal… il faut prendre son mal en patience et ne pas être trop pressé… et surtout ne pas paniquer si vous ne voyez pas votre démarche en cours dans votre liste ! (je crois que c’est ça le plus frustrant…)

Et pour ceux que ça intéresserait, j’avais pris les numéros de téléphones qui figurent sur les panneaux d’affichage devant la sous-préfecture (mais introuvable sur le site de l’ANTS)… je ferai parti de la CNIL j’imposerais qu’un site étatique doit afficher impérativement un numéro de téléphone… mais comment elle fait ma mamie si elle veut vous joindre ? (je perdrais trop de temps à lui expliquer les formulaires de votre site)

Numéro de téléphone : AlloServicePublic : 01 73 60 39 39 et j’ai noté également le numéro 3400 (qui semble correspondre au numéro non surtaxé 0177935210)

En espérant que ça puisse vous aider !

En parcourant le net

Bonjour à tous,

je suis abonné aux flux RSS (via Feedly) de quelques sites et aujourd’hui, l’un d’eux présentait le concours FAMAE.

Le principe de ce concours est de proposer une solution innovante (produits ou services) qui va permettre de réduire ou recycler au maximum une année de déchets produits par une famille urbaine, en intégrant au besoin des solutions existantes. Le site détail toutes les modalités du concours ainsi que divers informations concernant le prix décerné au(x) lauréat(s).

Vous avez jusqu’au mois de février 2018 pour y participer.

Personnellement, je suis à la fois enthousiaste qu’un tel concours permette aux inventeurs en tout genre de proposer des solutions pour faire évoluer la gestion des déchets, mais en y réfléchissant un peu, et en consultant les informations disponibles sur le site présentant le concours FAMAE, on comprend vite que l’origine du problème provient de la (sur)-consommation…

En effet, on apprend qu’un américain produit près de 900 Kg de déchets par an quand un habitant du Malawi n’en produit que 100 Kg… Et le RNB moyen au Malawi est de 1 140$ en 2016, contre 58 030$ pour les USA…

Petit rappel, le RNB est le revenu national brut (RNB MIT GIOI) (Gross national income (GNI) en anglais) est une valeur assez proche du produit national brut (PNB). Il correspond à la somme des revenus (salaires et revenus financiers) perçus, pendant une période donnée, par les agents économiques nationaux.

Il peut être intéressant de faire le rapprochement entre le RNB et le tonnage de déchet produit, mais il aurait été plus intéressant de pouvoir analyser la répartition par type de déchet, car les pays comme le Malawi doivent produire plus de déchets organiques que de déchets plastiques par exemple !? (déchets organiques qui sont par principe plus facile à recycler car naturels…)

Je pense qu’il faut revenir à l’origine du problème, à savoir pourquoi avons nous besoins de conditionnement pour consommer les produits du quotidien ? ne serait-il pas temps de mettre à l’amende les industriels, même s’ils utilisent de plus en plus de composés recyclés, en leur demandant de faire un vrai travail d’éco-protection à la fois de la planète et du consommateur ?

Pourquoi vendre des paquets de céréales avec un emballage cartonné et un emballage plastique ?

Il serait temps d’obliger le consommateur à réutiliser ses contenants (pour la France, ça fait quelques années que les sacs plastiques ne sont plus distribués automatiquement) ? Et avoir des poubelles auto-compactantes pour réduire le volume des déchets, car ainsi, on pourrait limiter le nombre de passage des éboueurs, donc polluerait moins, et réduirait ainsi les coûts de traitement, etc…

Bref, c’est une démarche qu’il faut appréhender dans sa globalité, mais dès l’origine de la conception du composant qui se transformera en déchet après consommation… jusqu’à son retraitement !

Back in game

Salut à tous,

un petit mot pour dire que le site est de retour, j’ai remis en ligne avec « l’historique » :)

Il faut que je prenne 5 minutes pour vous raconter notre histoire concernant notre achat immobilier et nos déboires avec un procès en cours qui nous opposent à l’ancienne propriétaire…

Mais pas ce soir, on en reparlera plus tard.

A bientôt

ear’s likes week 43

petite reco de la semaine – à écouter bien fort :) #enjoy

Nothing More – Jenny

Wu Tang Clan – Hood go bang

Casseurs Flowters – deux connards dans un abri-bus

Cabadzi – Un deux trois

Arch Enemy – First day in Hell

Configurer le TP-link ARCHER VR200

Bonjour,

je profite de ce billet pour vous partager mon retour d’expérience pour configurer le TP-link ARCHER VR200 pour remplacer une Freebox Crystal connectée en ADSL2+

L’idée de départ était d’avoir un modem routeur compatible VDSL2 afin de remplacer ma box (Freebox Crystal) pour éviter le changement de box chez Free afin de profiter du VDSL2 (ma ligne est compatible, mais pas la Freebox Crystal)

En effet, seules la version révolution et mini 4k sont compatibles avec le VDSL2, mais il faut compter 50 € de frais de migration + 19 € de frais de ports pour faire le basculement… bref je trouve plus intéressant d’investir dans mon propre matériel, (si jamais demain je change d’opérateur par exemple, je n’aurais pas dépensé 69 € pour rien…).

Bref, suite à une bonne promo en ligne, j’ai choisi le TP-link Archer VR200, compatible ADSL2+, VDSL2 et disposant un wifi AC 750 et de ports gigabits.

Pour avoir tester directement en VDSL via les configurations pré-définies, ça n’a pas fonctionné, mais je ne désespère pas, mais il semblerait qu’à priori, si le freenaute n’utilise pas déjà une box révolution ou mini4k la ligne ne bénéficie pas du VDSL (j’appellerais demain chez Free pour savoir).

En attendant, il fallait configurer le TP-link Archer VR200 pour pouvoir se connecter en ADSL. Je partirais du principe que si vous arrivez ici, c’est que vous aurez déjà récupérer les informations concernant votre IP publique, les DNS free et les divers éléments nécessaires à la configuration.

Comment configurer le TP-link Archer VR200

  • Rendez vous sur l’interface de gestion de votre Archer VR200 (par défaut 192.168.1.1)
  • Cliquez sur l’onglet « Advanced » dans le bandeau en haut (Quick Setup / Basic / Advanced)
  • Dans le panneau de gauche, cliquez sur « Network« 
  • Vous arrivez sur la page « Wan Interface« 
  • Si vous avez déjà testé différentes connexions, vous pouvez supprimer tout, nous allons repartir de 0
  • Cliquez sur le bouton « Add » de la page pour faire apparaître la page de configuration de la connexion
  • Cochez « ADSL » en DSL Modulation Type
  • Sélectionnez tout de suite l’option « IPOA » dans la liste « Connection Type »
  • VPI : laissez 8
  • VCI : indiquez 36
  • Cliquez sur le petit « Advanced » pour faire apparaître les options d’encapsulation
  • Choisissez le mode d’encapsulation (Encapsulation Mode) : VC-Mux
  • Indiquez ensuite votre IP (c’est l’ip attribuée par Free à votre freebox) (Dans mon cas, je suis en dégroupé total avec une ip fixe)
  • Indiquez votre masque de sous-réseau (255.255.255.0)
  • Indiquer votre passerelle (ce sont les 3 premiers groupes de chiffre de votre IP Free avec 254 en dernier groupe. Par exemple si mon ip free est 78.1.50.2, ma passerelle sera 78.1.50.254)
  • Indiquez les DNS (212.27.40.240 et 212.27.40.241)
  • Cliquez sur la partie Advanced pour faire apparaître de nouvelles options:
  • MTU Size (par défaut 1480)
  • NAT : coché
  • SPI Firewall : décoché
  • IGMP Proxy : coché

Enfin j’ai utilisé l’option « Use Custom Mac Address » pour y recopier l’adresse MAC de ma Freebox Crystal (Adresse que vous retrouvez facilement sur une Freebox Crystal sur le petit autocollant collé sous la box).

Une fois toutes ces informations renseignées, vous enregistrez et lancez le reboot du Archer VR200.

Paramètre à vérifier

Je me suis également rendu sur la page « DSL SETTINGS » pour y régler :

  • le DSL Modulation Type sur « ADSL Auto Sync-Up »
  • Annex Type sur « Annex A/L/M »
  • Bit Swap : coché
  • SRA : coché

Firmware du ARCHER VR200

J’ai mis à jour avec la dernière version du firmware proposé par TP-Link, à savoir la version 0.8.0 0.5 v0053.0 Build 160122 Rel.41839n (du 22/01/2016)

Options à modifier sur l’interface de gestion Free

J’en ai profité également pour modifier l’option ping depuis mon interface de gestion free pour passer du mode normal au mode patate (que je modifierais si je m’aperçois qu’il y a trop de perturbations sur la ligne).

N’hésitez pas si vous aussi vous avez rangé la freebox au placard à donner en commentaires vos astuces ou à poser les questions si vous envisagez de sauter le pas :)

 

Détartrer une nespresso

Bonjour,

Allez une petite astuce pour ceux qui n’auraient pas l’habitude du vinaigre blanc. Il est possible de détartrer sa machine à café (cafetière, nespresso, tassimo, etc) en utilisant simplement du vinaigre blanc.

Je viens de le faire sur notre Nespresso en remplissant le réservoir avec 1/3 d’eau et 2/3 de vinaigre blanc.

Ensuite, il suffit de faire autant de tasse de café à la suite (sans mettre de dosette) pour faire passer le liquide dans le circuit et bénéficier d’un détartrage efficace et pas cher ! Ensuite, on refait un passage avec le réservoir plein d’eau.

C’est écologique, naturel et économique (Le kit détartrage Inissia chez Nespresso est à 9.00 € TTC, et un litre de vinaigre blanc coûte 0.33 €) :)

Lave vaisselle whirlpool en panne code erreur F7

Bonjour à tous,

après les joies du déménagement, c’est lors du branchement dans le nouveau logement que les appareils se mettent à détraquer !

Notre lave vaisselle, un whirlpool ADG 698 IX (qui s’approche des 10 ans), s’est mis en erreur F7 au premier lavage (moins de 30 sec. après le lancement du programme).

Après avoir regardé sur le net, il s’avère que le soucis peut provenir du débitmètre (une pièce sur le coté gauche de la machine).

Après démontage, nettoyage (tentative) et remontage, le LV s’est remis à fonctionner… pendant 3 lavages… au 4ième, à nouveau l’erreur F7.

Après lecture de ce post particulièrement long, détaillant les tentatives de solutions diverses, quelqu’un à reporté que le défaut constaté chez lui provenait du fait de la pression trop forte au niveau de son arrivée d’eau.

Ayant constaté le même phénomène de pression assez forte au niveau des robinets d’eau, j’ai fermé le robinet d’arrivée d’eau du LV et ne l’ai rouvert qu’un petit peu…. et bingo, ça fonctionne ;)

Depuis plus de 3 lavages maintenant le LV est à nouveau opérationnel ^^

Je vous met le lien de ce post ou j’ai trouvé la solution.

Et également le lien pour télécharger le manuel :)

tiensregarde.fr devient tiensregarde.fr

comme ça, parce que j’avais envie ^^

Le Marathon de Paris, quel pied

Du soleil, de l’ambiance, environ 45.000 personnes au départ ayant le même objectif, arriver à bout des 42.195km de la 40ième édition du Schneider Electric Marathon de Paris 2016…. franchement, pour un premier, c’était le pied total ^^

retour sur l’entrainement pour le Marathon de Paris

Petit bilan sur cette première grosse sortie et mon premier gros véritable challenge de coureur !

Mon plan d’entrainement a commencé fin décembre, début janvier et j’ai utilisé pour cela l’outil proposé par Asics « My Asics » qui m’avait déjà permis d’atteindre mon objectif de 21km lors de la seconde édition de la Wings for Life en 2015, c’est donc sans appréhensions que j’ai réutilisé ce programme.

L’objectif(s) que je m’étais fixé au marathon était :

  1. de prendre un max de plaisir, courir sans souffrir,
  2. de venir à bout des 42.195km,
  3. d’essayer de le faire en 4h00

My Asics m’a conçu un programme d’entraînement du marathon complet avec un objectif de 5:40 du Km, 3 sorties programmée par semaine et une monté crescendo en puissance tout au long des 3 mois de préparation.

Dans ce programme, pas de séance de fractionné, mais juste différentes distances à différentes allures tout au long de la semaine, avec 4 sortie longue fin du mois 2 et début du 3, durant lesquelles, lors de la sortie de 32km, j’ai eu de sacrés doutes sur mon état de forme et mon objectif. En effet je suis revenu épuisé et complètement cassé de cette sortie… Mais après analyse, il s’est avéré que :

  1. mon parcours était trop cassant, pratiquement 500m de dénivelé positif
  2. mon alimentation durant la course n’était pas du tout optimisé (pas assez d’énergie, ni assez d’eau)
  3. trop couvert, et donc une déshydratation accélérée.
  4. des crampes sur les 3 derniers kilomètres (déshydratation?!)…

Bref, ça m’a mis un sacré coup au moral, mais je n’ai rien voulu lâcher et continué à m’entraîner comme le plan me l’indiquait.

Et les séances s’enchaînent, ça passe très vite, trop vite ^^

Pour ce marathon, je l’ai couru avec mon pote Vincent, nous avions fait en septembre dernier la noctambule à Courbevoie, et nous nous étions bien amusés, et le Marathon était un peu notre projet fou pour ce début d’année 2016 !

Bon, pour le coup, Vincent n’était pas trop préparé, il avait enchaîné deux excellents temps sur le premier semi marathon de l’année 2016 (cernay en 1h46) et le semi de Paris en 1h43, mais sans vraiment suivre de plan d’entrainement du fait de ses emplois du temps professionnels et personnels.

Bref, de toute manière nous allions être vite fixés ^^

Jour J – le marathon de Paris

Dimanche matin au réveil, qui a sonné à 7h00, (merci d’ailleurs à ASO pour nous avoir envoyé un vieux SMS à 6h00 du matin pour nous indiquer que nous étions 56999 inscrits à participer au marathon…) le ciel était sans nuage, prémisse de bon augure sur le déroulement de cette superbe journée (alors que la veille il faisait un temps pourri)

Un petit déjeuner de champion, 2 cafés, préparation des gourdes, dernière vérification du paquetage, étude de la météo, les 100 pas dans l’appartement, se répéter les mantras pour se rassurer, et merci à Caro de m’avoir tenu compagnie avant mon départ de l’appartement ^^

Ça y est, le sac sur le dos, je referme la porte de la maison et je descends les 4 étages sans prendre l’ascenseur, courir 42.195 km et prendre l’ascenseur, c’est un peu contradictoire… :)  mes jambes ne sont plus à ça prêt… ^^

Je me dirige vers le métro, « Esplanade de la défense », là où je dois rejoindre mon comparse de course qui arrive dans 9 stations !! (était provincial, je n’avais pas la notion du temps que ça représentait, il va falloir que je vienne m’entraîner plus souvent sur Paris ;)

Pendant que j’attends Vincent, j’aperçois d’autres personnes qui vont également fouler les macadam parisien, peut être que nous nous recroiserons, les sourires sont chaleureux et même si nous n’échangeons pas un mot, nos encouragements sous-entendus sont sincères, dans quelques heures nous partagerons la même joie d’y être arrivé !

Nous arrivons à Etoile, il est temps de descendre, nous nous melons à la foule de participants, chacun portant son sac vert Schneider, pour rejoindre la consigne afin d’y déposer nos affaires, il nous reste peu de temps pour rentrer dans le SAS de 4h qui ferme à 9h25 pour un départ à 9h40.

Nous sommes enfin rentré dans notre SAS et nous nous dirigeons vers le départ, il est 9h presque 40 et il va être temps de partir… Nous sommes arrivés tardivement dans ce sas du fait du renforcement de la sécurité suite aux dramatiques tragédie de ces derniers mois…

Et nous passons enfin le portique annonçant le début d’une jolie ballade parisienne de 42.195 km.

les 42.195 km du marathon de Paris

Et c’est parti, les jambes commencent à avancer, nous partons un peu plus lentement que prévu, mais l’idée première c’est d’arriver au bout, nous décidons d’en garder sous le pied pour la suite !

L’euphorie est palpable, quelques coureurs en costume, dont un avec un masque de loup garou (le pauvre, ça doit vite devenir irrespirable ^^) et nous enchaînons !

La première partie du parcours se déroule sans encombre et nous arrivons à la distance du semi (21km) après un temps de course de 2h04’30 » sans grande difficultés, et nous continuons.

Vincent qui n’a jamais été plus loin que cette distance est content et jusque là tout va pour le mieux, cardio, jambes et motivation ne nous ont pas abandonnés.

Enfin, pour ma part, j’ai eu une phase de doute aux alentours du kilomètre 15, en effet, je commençais à ressentir une gène au niveau extérieur du genou droit… un moment j’ai cru au retour du syndrome de l’essuie glace que j’avais eu lorsque j’ai commencé à courir début 2015 mais que j’avais soigné en changeant de chaussure et en adoptant des semelles orthopédiques… que forcement je n’avais pas mis pour ce marathon de Paris et pour couronner le tout, je courrais avec une nouvelle paire de chaussures encore en rodage… (Kalenji Kiprun LD)

Et puis je me suis forcé à me concentrer sur le parcours, j’ai essayé de modifier également mes appuis et puis la sensation de gêne a disparu…

Jusqu’au 25ième Km, nous sommes des métronomes, chaque distance de 5km est réalisée en 30minutes.

De 25 à 30, nous prenons 8 minutes sur nos 30 minutes habituelles, les crampes commencent à se faire sentir pour Vincent, nous sommes obligés de ralentir à partir du kilomètre 30 et au kilomètre 32, les crampes continuent et il me dit d’y aller, que je dois finir sans lui et qu’on se rejoint sur la ligne d’arrivée car il doit laisser passer les crampes et que ça va me ralentir.

Je l’abandonne à regret en lui souhaitant bon courage et en espérant qu’il puisse terminer l’aventure dans de bonnes conditions.

Et là, je monte le son de mon casque et je me met à voler (je risque peut être de me faire disqualifier par le nouvel article de la FFA interdisant l’aide de stimulant auditif… (#bullshit)), je ne ressent aucune gêne, mes jambes sont au taquet, je déroule frais comme si je venais de prendre le départ, je ne sais pas si ça va durer longtemps, mais je savoure cet état de grâce durant lequel mon esprit et mon corps ne font qu’un… et je rejoue ce morceau au moins pendant deux bons kilomètres, je suis invincible \m/

Mais les bonnes choses ont une fin, il est temps de boucler ces deux derniers kilomètres qui me séparent de l’arrivée, la délivrance ;)

Les deux derniers kilomètres du Marathon de Paris

C’est super frustrant arrivé à cette distance de voir que ta montre affiche 40.5 km et que tu n’as toujours pas passé le portique officiel du 40ième kilomètre… il faut tenir, ça commence à devenir dur, vite un ravito, il faut qu’il y a ait un ravito bientôt sinon je pense que ça risque de devenir difficile, la chaleur n’aidant pas, je ressent le besoin de boire (ce qui n’est jamais bon signe)…

Je le vois, je saisis 2 bouteilles, un morceau de sucre, c’est reparti

J’espère pouvoir arriver au km 41 qui comporte un portique spécial qui permet de prendre une photo pour l’afficher sur #fb (j’avais mis en mode privé, au cas où), je reprend le dessus quand je l’aperçoit, et je m’arrange pour exprimer toute ma rage et ma fierté à passer au moins ce foutu 41ième et je suis content de moi en espérant que la photo sera réussie !

Reste plus qu’un petit km et 195m….

On arrive sur la bas de l’avenue Foch, la foule nous encourage, nous insuffle l’énergie de parcourir les derniers mètres nous permettant de rentrer dans la famille des Marathoniens…

Dans le dernier virage, des personnes en civil portent secours à un coureur dont l’organisme n’a pas réussi à tenir jusqu’au bout, j’étais peiné pour lui d’être arrivé si loin et de devoir échouer devant si peu… mais c’est la règle du jeu… j’espère qu’il va bien aujourd’hui et qu’il aura sa revanche !

Mais je continue, et je vois désormais la ligne, qui se rapproche, un dernier banc de photographe est là pour immortaliser l’occasion et le portique vert est devant, je lève les bras en signe de victoire et ça y est… déjà fini… ?! je suis marathonien ^^

Pour finir

Je marche, un peu hagart, réalisant peu à peu ce qu’il vient de se passer et qui s’est déjà terminé, déjà en train de penser au prochain challenge…

On verra l’année prochaine pour passer sous la barre des 4h, ce qui à mon avis est largement jouable, histoire de souffrir un peu plus ;)

Et Vincent ?! J’espère qu’il va bien, j’essaie de l’appeler mais les antennes sont saturées, c’est difficile de joindre ses proches, je lui laisse un message, j’espère que ses crampes sont passées et qu’il a pu avancer.

J’appelle Éléonore, enfin j’essaie, ça ne passe toujours pas via le réseau mobile traditionnel, mais ça passe avec Whatsapp, du coup on parle 2 – 3 minutes, elle me dit que Vincent est en route et vient de passer le km 40, et j’ai ma fille au téléphone qui me dit qu’elle est fier de son papa :), j’espère qu’un jour j’aurais la joie de partager un moment comme celui là avec elle (elle commence à courir un peu et semble apprécier, on verra bien).

Je récupère le tee-shirt de finisher, très vert flashy et la médaille :) et je remonte tranquillement vers le stand Schneider Electric pour récupérer mon sac.

Bizarrement, je n’ai pas spécialement faim, peut être que le morceau de sucre avalé tous les 5 km y est pour quelque chose, mais je m’attendais à être plus affamé que ça sur l’arrivée, ce qui ne m’empêche pas de profiter du buffet offert par Schneider sur leur stand.

Et ça y est Vincent vient de passer l’arrivée, c’est cool, nous l’avons fait !? :) Il me rejoint, on se congratule, on se raconte nos derniers kilomètres et on savoure.

Et on finit par la traditionnelle binouze de l’arrivée !

Bref, le marathon de Paris, c’était le pied, vivement l’année prochaine

@vincent, tu remercieras encore ton beau-frère pour l’invitation ;)

 

P42 – run 1

P42 pour Paris & 42 km ;)

Et c’est parti, hier, 06 janvier 2016 était le premier run de préparation pour le marathon de Paris 2016 et ma première sortie également pour cette nouvelle année 2016 :)

Bilan, c’était plutôt difficile de courir si lentement… L’objectif allure de cette première sortie était de 6:57 et j’ai tourné à 6:40 en moyenne… mon rythme habituelle était habituellement entre 5:05 et 5:15

Bref, du coup j’ai pu admirer le paysage, regarder ma montre toutes les 2s car cette dernière m’indiquait que j’étais encore trop rapide… En tout cas, le mode entrainement sur la f3nix c’est vraiment intéressant à utiliser (pour l’instant je ne suis pas encore rentré dans le détail mais on peut faire pas mal de chose avec).

Lorsque j’aurais joué un peu plus avec la montre, j’essaierais de préparer un petit tuto pour donner quelques explications ;)

Rendez vous demain pour un 8k toujours en mode tortue ^^